Jeux de mains : une large collection de vieux logos manuels

Frédéric Glaize

Pilules et Tonique Garnier

Frédéric Glaize

La condition de visibilité des pièces de produits complexes

Frédéric Glaize

Typographie : assimilation des lettres à l’aspect de diverses choses (deuxième série)

Frédéric Glaize

Otaries et phoques ornant des marques

Frédéric Glaize

Les chiffres clés de l’INPI pour les dépôts effectués en 2021

Frédéric Glaize

Dépôts de marques en Union Européenne en relation avec le conflit russo-ukrainien

Frédéric Glaize

Des noms de marques qui promettent des concepts uniques

Frédéric Glaize

Typographie : Quand le mot prend la forme des produits (première série)

Frédéric Glaize

Logos de couples : une galerie de marques déposées aux XIX et XXè siècles

Frédéric Glaize

Les pères sévères : marques constituées de portraits pas toujours souriants

Frédéric Glaize

Revue de presse du pMdM du 11 janvier 2022

Frédéric Glaize

Imagerie alsacienne en 32 logos + 1

Frédéric Glaize

La revue Propriétés Intellectuelles célèbre son vingtième anniversaire

Frédéric Glaize

Lancement du Prix APRAM 2022

Frédéric Glaize

Blip! : nouveau blog francophone dédié à la Propriété Intellectuelle

Frédéric Glaize

Le 23 juin, Paul Twomey, président de l’ICANN faisait une déclaration fracassante dans un entretien avec Les Echos : la libéralisation de la création d’extensions. Autrement dit la possibilité de créer des TLD pour tout un chacun (ou presque : il faut être capable de mettre 100.000 USD sur la table).

La décision est officiellement aprouvée par le board de l’ICANN le 26 juin 2008.

Peter Dengate Thrush indiquait alors que pour la création de nouvelles extensions : « le processus se veut aussi simple que possible. Ainsi nous retenons uniquement 4 critères de refus. Les extensions proposées devront :

  • Respecter les droits existants, dont le droit des marques ;
  • Ne pas entretenir la confusion avec des extensions existantes, par exemple un .KOM serait trop proche du .COM ;
  • Si elles représentes des communautés, ces dernières doivent être d’accord ;
  • Respecter l’ordre public et moral.

On comprend, compte tenu de ce premier point, la raison des dépots des marques ci-dessus effectués le 25 juin 2008. Ils ne sont pas sans rappeler la vague de dépots de marques qui a précédé la première sunrise period pour l’ouverture du .eu (spécialement au Benelux, dont l’Office est un des plus rapides en Europe pour délivrer les enregistrements).

A propos des liens étroits (et parfois surprenants) entre les tld et les marques, il y a un billet intéressant à lire sur la nouvelle version de notre confrère, prédecesseur et ami SansBlog.

Précédent

links for 2008-08-07 [delicious.com]

Suivant

Liens rapides du 8 août 2008

A propos de l'auteur

Frédéric Glaize

Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), chez Plasseraud IP.
Créateur et éditeur du site pmdm.fr.

Répondre à Frédéric Glaize Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :