Jeux de mains : une large collection de vieux logos manuels

Frédéric Glaize

Pilules et Tonique Garnier

Frédéric Glaize

La condition de visibilité des pièces de produits complexes

Frédéric Glaize

Typographie : assimilation des lettres à l’aspect de diverses choses (deuxième série)

Frédéric Glaize

Otaries et phoques ornant des marques

Frédéric Glaize

Les chiffres clés de l’INPI pour les dépôts effectués en 2021

Frédéric Glaize

Dépôts de marques en Union Européenne en relation avec le conflit russo-ukrainien

Frédéric Glaize

Des noms de marques qui promettent des concepts uniques

Frédéric Glaize

Typographie : Quand le mot prend la forme des produits (première série)

Frédéric Glaize

Logos de couples : une galerie de marques déposées aux XIX et XXè siècles

Frédéric Glaize

Les pères sévères : marques constituées de portraits pas toujours souriants

Frédéric Glaize

Revue de presse du pMdM du 11 janvier 2022

Frédéric Glaize

Imagerie alsacienne en 32 logos + 1

Frédéric Glaize

La revue Propriétés Intellectuelles célèbre son vingtième anniversaire

Frédéric Glaize

Lancement du Prix APRAM 2022

Frédéric Glaize

Blip! : nouveau blog francophone dédié à la Propriété Intellectuelle

Frédéric Glaize
Précédent

Le Cantal change de logo

Suivant

Nouveau contributeur : Olivier Garmond

A propos de l'auteur

Garmond

Strategic media planner & PR specialist

  1. Je lis bien « la typographie a été “allégée” » ?!!!

    Malheur !
    Cette chose ressemble à une sorte de Gill Sans fort tripatouillée (modification intempestive de l’échelle horizontale), introduisant ainsi des épaisseurs différentes là où elle sont originellement conçues semblables pour une cohérence forte et donc une bonne lisibilité.
    Que dire de la comparaison du F et du E (la barre horizontale intermédiaire du F n’est plus au même niveau que celle du E — tout ça, je suppose, parce que certains se sont trouvés bien emmbêtés arrivés au monogramme…).
    Ne parlons pas de l’angle du pied du A (du monogramme) arbitrairement arrondis…

    Les gens qui font ça savent-ils vraiment combien de temps Eric Gill a consacré à la conception de cette police ?

  2. Les seules marques intemporelles sont celles qui sont arrivées au cimetière. En attendant, la meilleure façon de chatouiller la mémoire de ses clients est de se renouveller régulièrement, de faire parler de soi. Bien entendu, en gardant les attributs (couleurs de base, crevette) qui permettront de ne pas déboussoler le public, mais avec suffisemment de nouveauté pour accrocher l'attention. Alors aux nostalgiques qui voudraient garder "leur" Air France comme ils l'aiment, sachez que la compagnie évolue et qu'il n'y a plus de Caravelles dans la flotte 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :