Jeux de mains : une large collection de vieux logos manuels

Frédéric Glaize

Pilules et Tonique Garnier

Frédéric Glaize

La condition de visibilité des pièces de produits complexes

Frédéric Glaize

Typographie : assimilation des lettres à l’aspect de diverses choses (deuxième série)

Frédéric Glaize

Otaries et phoques ornant des marques

Frédéric Glaize

Les chiffres clés de l’INPI pour les dépôts effectués en 2021

Frédéric Glaize

Dépôts de marques en Union Européenne en relation avec le conflit russo-ukrainien

Frédéric Glaize

Des noms de marques qui promettent des concepts uniques

Frédéric Glaize

Typographie : Quand le mot prend la forme des produits (première série)

Frédéric Glaize

Logos de couples : une galerie de marques déposées aux XIX et XXè siècles

Frédéric Glaize

Les pères sévères : marques constituées de portraits pas toujours souriants

Frédéric Glaize

Revue de presse du pMdM du 11 janvier 2022

Frédéric Glaize

Imagerie alsacienne en 32 logos + 1

Frédéric Glaize

La revue Propriétés Intellectuelles célèbre son vingtième anniversaire

Frédéric Glaize

Lancement du Prix APRAM 2022

Frédéric Glaize

Blip! : nouveau blog francophone dédié à la Propriété Intellectuelle

Frédéric Glaize

Source : 24 heures de Montréal (10/11/2005)

Selon cet article, Enrique Iglesias veut commercialiser sous son nom une gamme de préservatifs.

Le crooner latin lancerait son produit alors que sont commercialisées les capotes Kiss, des modèles de Madonna (avec quelques soucis de licence pour les Etats-Unis), les Bill & Monica chinois pas tout à fait approuvés par les personnes nommées, et alors que des marques ont été déposées aux USA pour des Saddam Condoms (voir la marque sur TARR, je vous passe le slogan), et même – rappelez-vous – des Jesus Condoms.

Si le marché est encombré, il faut savoir se démarquer : en plus de leur marque, les produits auraient une autre particularité propre au chanteur : leur taille.

Enrique Iglesias a en effet avoué avoir été peu gâté par la nature (ActuStar 25/3/2004). Conséquence : « J’ai toujours eu un mal fou à trouver des préservatifs à ma taille et je sais combien la situation peut devenir embarrassante« , a déclaré l’intéressé.

A moins bien-sûr que cette citation ait été sortie de son contexte par les sites qui relaient l’information un peu partout et qu’Enrique Iglesias ait lancé l’idée des capotes juste pour plaisanter avec le Houston Press.

Précédent

Le Musée des Marques de l'Emballage et de la Publicité à Londres

Suivant

Nouveaux logos Intel

A propos de l'auteur

Frédéric Glaize

Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), chez Plasseraud IP.
Créateur et éditeur du site pmdm.fr.

  1. En France il y a quelques années, une société avait lancé des préservatifs « Johnny », promus sous un slogan commençant par « Ah que ». Halliday avait très rapidement saisi la justice, et les produits contrefaisant ont dû devenir collector !

Comments are closed.

Un autre article intéressant :