Bilan 2008 de la lutte contre la contrefaçon chez PriceMinister


PriceministerCC BY 2.0
Photographie de Marc-Antoine Jamet
Marc-Antoine Jamet intervient chez PriceMinsiter

Attribution License by priceminister

Après avoir porté plainte contre X dans l’affaire Beemotion (suite au coup de gueule de Luc Besson) et peu de temps après la nomination d’une mission consacrée à la lutte contre la contrefaçon sur internet, Priceminister a tenu une conférence de presse le 25 février 2009 pour faire valoir ses efforts en la matière (voir la dépêche de l’AFP et des photos sur Flickr).

L’intérêt des informations diffusées par la plateforme de commerce en ligne tient surtout dans ses observations sur l’évolution du commerce de produits contrefaits.

Ces informations doivent être considérées en liaison avec plusieurs éléments de contexte, notamment la progression de ses capacités de détection des contrefaçons et la progression des échanges effectués par le biais de la plateforme.

Morceaux choisis du communiqué de presse :

PriceMinister établit trois constats au terme de cette année :

1) Les contrefacteurs et les marques victimes sont de plus en plus nombreux,

2) La contrefaçon de produits high-tech monte en puissance

3) La contrefaçon vendue sur Internet est principalement achetée sur Internet

Plus de contrefacteurs et de marques victimes

Au cours de l’année 2008, PriceMinister a procédé au blocage de 2625 comptes pour des faits de contrefaçon ou d’atteinte à des réseaux de distribution sélective. Ce chiffre est en progression de +45% par rapport à l’année 2007.

Ces blocages ont concerné 240 marques en 2008 contre seulement 152 en 2007. Le nombre de marques victimes est donc en progression de 69%

Une montée en puissance de la contrefaçon de produits high-tech : +170% en 2008

En 2008, 59% des contrefaçons détectées par PriceMinister concernaient le secteur de la mode, incluant les vêtements, la maroquinerie, les montres, les parfums ou les cosmétiques. Le secteur high-tech (téléphonie, baladeurs MP3, logiciels, etc.) représente 37% des contrefaçons.

Les principales marques victimes en 2008

Les principales progressions en matière de contrefaçon concernent Apple (+328%), Microsoft (+295%) ou Nintendo (+133%).

De même, sont en forte progression les détections pour contrefaçon ou atteintes à des réseaux de distribution sélective : +231% pour les parfums et cosmétiques voire  +583% pour la seule marque Yves Rocher (uniquement distribution sélective).

Focus n°1 : le secteur Mode & beauté

En 2008, le blocage de comptes du secteur « Mode & beauté » s’est concentré autour de quatre grandes catégories de produits : les vêtements, les parfums et cosmétiques, les articles de sport et la maroquinerie. Ce blocage concerne principalement la contrefaçon, sauf pour le secteur « parfums et cosmétiques ». Le secteur « parfums et cosmétiques » concentre lui, un nombre important de comptes bloqués pour contrefaçon et, en nombre plus faible, pour violation des réseaux de distribution sélective.

Dans le secteur « Mode & beauté », on assiste à une augmentation (+63%) du nombre de comptes bloqués dans le secteur des parfums et cosmétiques. Cela montre un fort développement de cette problématique et un déplacement des contrefacteurs sur de nouveaux types de produits.

Focus n°2 : le secteur high-tech

En 2008, la contrefaçon de produits high-tech s’est concentrée autour de quatre grandes catégories de produits : les téléphones, les logiciels, les lecteurs MP3 et les supports de stockage, en particulier les cartes mémoires.

Au cours des 12 derniers mois, on enregistre une forte progression de la détection :

  • de la contrefaçon de téléphones (+78% entre 2007 et 2008),
  • de logiciels (+300% entre 2007 et 2008) – due à une formation des équipes de PriceMinister par Microsoft,
  • des lecteurs audio (+350% entre 2007 et 2008).

La part des contrefaçons de cartes mémoire demeure, quant à elle, stable.

En matière de téléphonie, la contrefaçon touche en priorité les smartphones et les téléphones de forte valeur. En ce sens, on peut noter l’arrivée, pour le moment faible, de contrefaçons de la marque BlackBerry.

(HT : BT)

Précédent Les aéroports de lyon deviennent Lyon Airports
Suivant Un nouveau logo pour le musée Guimet

Aucun commentaire

Publiez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.