Jeux de mains : une large collection de vieux logos manuels

Frédéric Glaize

Pilules et Tonique Garnier

Frédéric Glaize

La condition de visibilité des pièces de produits complexes

Frédéric Glaize

Typographie : assimilation des lettres à l’aspect de diverses choses (deuxième série)

Frédéric Glaize

Otaries et phoques ornant des marques

Frédéric Glaize

Les chiffres clés de l’INPI pour les dépôts effectués en 2021

Frédéric Glaize

Dépôts de marques en Union Européenne en relation avec le conflit russo-ukrainien

Frédéric Glaize

Des noms de marques qui promettent des concepts uniques

Frédéric Glaize

Typographie : Quand le mot prend la forme des produits (première série)

Frédéric Glaize

Logos de couples : une galerie de marques déposées aux XIX et XXè siècles

Frédéric Glaize

Les pères sévères : marques constituées de portraits pas toujours souriants

Frédéric Glaize

Revue de presse du pMdM du 11 janvier 2022

Frédéric Glaize

Imagerie alsacienne en 32 logos + 1

Frédéric Glaize

La revue Propriétés Intellectuelles célèbre son vingtième anniversaire

Frédéric Glaize

Lancement du Prix APRAM 2022

Frédéric Glaize

Blip! : nouveau blog francophone dédié à la Propriété Intellectuelle

Frédéric Glaize

Lors d’une conférence de presse commune, Jean-Jacques Aillagon, Président de l’établissement public du musée et du domaine national de Versailles (EPV) et Thomas Grenon, Administrateur général de la Réunion des musées nationaux (RMN) ont annoncé la signature d’une convention formalisant le transfert de la marque château de Versailles.

En effet, par une bizarrerie administrative le château de Versailles n’était pas propriétaire de la marque « château de Versailles ». C’était la réunion des musées nationaux qui en était dépositaire depuis l’origine.

A la création de l’établissement public de Versailles en 1995 la marque n’avait pas été transférée au nouvel organisme.

On imagine les nombreux problèmes opérationnels liés à cette complexité juridique et qui rendait difficile une exploitation efficace de la marque par son propriétaire naturel.

Au terme des conventions de transferts signés en 2008 par les deux établissement publics, les transferts de propriété de la marque sont effectifs dès 2009.

La régularisation de cet imbroglio permet au château de Versailles une large latitude en matière d’exploitation de sa marque et lui offre un très vaste champ de projets à mettre en œuvre.

Précédent

Liens rapides du 9 février 2009 au 10 février 2009

Suivant

Le Cantal change de logo

A propos de l'auteur

Garmond

Strategic media planner & PR specialist

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :