Jeux de mains : une large collection de vieux logos manuels

Frédéric Glaize

Pilules et Tonique Garnier

Frédéric Glaize

La condition de visibilité des pièces de produits complexes

Frédéric Glaize

Typographie : assimilation des lettres à l’aspect de diverses choses (deuxième série)

Frédéric Glaize

Otaries et phoques ornant des marques

Frédéric Glaize

Les chiffres clés de l’INPI pour les dépôts effectués en 2021

Frédéric Glaize

Dépôts de marques en Union Européenne en relation avec le conflit russo-ukrainien

Frédéric Glaize

Des noms de marques qui promettent des concepts uniques

Frédéric Glaize

Typographie : Quand le mot prend la forme des produits (première série)

Frédéric Glaize

Logos de couples : une galerie de marques déposées aux XIX et XXè siècles

Frédéric Glaize

Les pères sévères : marques constituées de portraits pas toujours souriants

Frédéric Glaize

Revue de presse du pMdM du 11 janvier 2022

Frédéric Glaize

Imagerie alsacienne en 32 logos + 1

Frédéric Glaize

La revue Propriétés Intellectuelles célèbre son vingtième anniversaire

Frédéric Glaize

Lancement du Prix APRAM 2022

Frédéric Glaize

Blip! : nouveau blog francophone dédié à la Propriété Intellectuelle

Frédéric Glaize

Des grandes villes se mobilisent en vue d’obtenir leur propre extension sur internet. Ainsi la ville de Berlin milite-t-elle pour que soit créé, à l’instar du .com, un .berlin. La ville lumière songe à obtenir son .paris, pendant que la grosse pomme penche vers la création d’un .nyc (à Barcelone, c’est à un .bcn que l’on réfléchit). Tous ces projets sont appelés GeoTLDS, et reflètent l’importance pour les municipalités d’exister sur le web.

Et ce souci n’est pas que celui des capitales ! Ainsi la ville d’Eu – dont la maire est bien connue – trouve qu’elle n’est pas assez visible sur les moteurs de recherche, comme le raconte aujourd’hui Rue89. Il semble que les outils de recherche ont du mal avec ce nom de deux lettres, qui est également le participe passé du très utilisé verbe avoir, mais qui est aussi identique à l’extension communautaire .eu dans laquelle trois millions de noms de domaine ont été enregistrés.

Quelle solution à ce problème ? Passer au référencement payant ou… changer de nom ! Une idée que pousse la maire d’Eu, qui à en croire Rue89 y voit « modernité et reconnaissance« .

Si à trouver un nouveau nom vous souhaitez aider la ville d’Eu, vous pouvez utiliser les commentaires ci-dessous pour faire part de vos voeux.

Précédent

La Mère Denis

Suivant

Les Claypool récolte un Purple Pachyderm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :