Tarte

Frédéric Glaize
Frédéric Glaize
Temps de lecture : 1 min.

En février 2020, une campagne d’affichage de l’enseigne Sephora étale à la vue de tous une marque au nom peu flatteur pour des produits destinés à la gent féminine.

Ainsi, cette femme s’affiche comme étant complètement TARTE. Car tel est le nom d’une marque d’origine américaine, que l’enseigne française distribue au pays de Molière.

Sur LinkedIn, Eric Van De Valle a pointé l’aspect ridicule du nom, en soulignant également le fait que l’absurdité qui en découle n’est pas nécessairement perçue par le public ciblé (lequel pourra toujours nous sortir un « ok boomer » désinvolte).

En effet, « les connotations négatives du mot, les expressions « elle est tarte », « c’est tarte », « tarte à la crème », « en mettre une tarte », ne sont pas connues des générations ciblées par cette marque… hypothèse vérifiée ce matin auprès de mes étudiants« .

En 2004, « Je suis pas une courge » était déposé à l’INPI. Aujourd’hui, pas besoin d’être une quiche pour vouloir faire tarte ?

Partagez cet article
Suivre :
Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), associé chez Plasseraud IP. Créateur et éditeur du site pmdm.fr.
Laisser un commentaire