Jeux de mains : une large collection de vieux logos manuels

Frédéric Glaize

Pilules et Tonique Garnier

Frédéric Glaize

La condition de visibilité des pièces de produits complexes

Frédéric Glaize

Typographie : assimilation des lettres à l’aspect de diverses choses (deuxième série)

Frédéric Glaize

Otaries et phoques ornant des marques

Frédéric Glaize

Les chiffres clés de l’INPI pour les dépôts effectués en 2021

Frédéric Glaize

Dépôts de marques en Union Européenne en relation avec le conflit russo-ukrainien

Frédéric Glaize

Des noms de marques qui promettent des concepts uniques

Frédéric Glaize

Typographie : Quand le mot prend la forme des produits (première série)

Frédéric Glaize

Logos de couples : une galerie de marques déposées aux XIX et XXè siècles

Frédéric Glaize

Les pères sévères : marques constituées de portraits pas toujours souriants

Frédéric Glaize

Revue de presse du pMdM du 11 janvier 2022

Frédéric Glaize

Imagerie alsacienne en 32 logos + 1

Frédéric Glaize

La revue Propriétés Intellectuelles célèbre son vingtième anniversaire

Frédéric Glaize

Lancement du Prix APRAM 2022

Frédéric Glaize

Blip! : nouveau blog francophone dédié à la Propriété Intellectuelle

Frédéric Glaize

Sources : Blabbermouth ; Communiqué de presse de J. C. Stainbrook (25/10/2004)

Aux Etats-Unis, le groupe Staind a assigné en contrefaçon et en responsabilité contractuelle Jon C. Stainbrook dont il avait acquis une marque THE STAIN en 1999 pour $18.000. Le groupe STAIND avait alors consenti par un contrat de licence l’usage de cette marque à Jon Stainbrook. Le groupe, considérant que Jon Stainbrook ne remplissait plus ses obligations contractuelles, lui avait notifié la résiliation de la licence, puis, constatant qu’il faisait toujours usage de la marque, l’avait assigné en contrefaçon devant la District Court de New York. L’action avait été rejetée par ce tribunal qui s’était déclaré territorialement incompétent.

Le groupe reproche à présent à Jon Stainbrook d’avoir récemment re-déposé la marque THE STAIN. Peu de temps auparavant, Jon Stainbrook a engagé auprès de l’USPTO des actions en annulation des marques STAIND, dont il prétend que la protection « a été acquise frauduleusement ».

Jon Stainbrook avait déjà contraint le groupe des frère Popoff, LIT, à abandonner son ancien nom, STAIN.

Précédent

Sergio Rossi vs Tino Rossi

Suivant

Santons de Provence

A propos de l'auteur

Frédéric Glaize

Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), chez Plasseraud IP.
Créateur et éditeur du site pmdm.fr.

Un commentaire

  1. Pff… comment ces rats ils m’énervent.. ca y est dés qu’un groupe devient connu et commence a se faire de l’argent il y a toujours ces rats pour leur pompés ceux qu’ils ont obtenue a la sueur de leur front!!!!!

    Staind est un grand groupe et le restera quoi qu’il advienne!!!

Répondre à NaoyaDark Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :