Précédent Ophélie Winter
Suivant Pixmania vs Pixdiscount

2 commentaires

  1. Avatar
    21 janvier 2006
    Répondre

    Euuuh… en gros j’ai rien comprendu.

    Il y a AJAX qui est un mélange de CSS et de Javascript avec l’ajout d’une requête XMLHttpRequest qui ferait que tout ça est plus léger, plus rapide. Bon. Il y a aussi ce Web 2.0 qu’il ne faudrait pas confondre avec ce qui précède. Rebon. Sauf que le second découle du premier et l’une des applications serait ce genre de petite note qu’on peut voir sur Amazonzon, par exemple : “les autres acheteurs du produit X ont aussi acheté le produit Y”. Rerebon.

    C’est ça ? J’ai rerebon ?

    Faudrait expliquer un peu.

    A part ça, j’ai noté un truc qui me chipote sur le blogue de Fred Cavazza : il parle du stockage des produits et dit que les boutiques en ligne vont exploiter un fond de catalogue qu’elles sont les seules à pouvoir proposer. Elles vont donc s’octroyer des parts de marché que les autres distributeurs ne pourront JAMAIS récupérer.

    Prenons un exemple, celui du livre : Monsieur Dupont veut acheter un excellent ouvrage à propos de la reproduction in vitro des papillons, indisponible en librairie. Le libraire peut le lui commander, mais ça prendra une à deux semaines avant de le recevoir (plutôt deux). Monsieur Dupont se retourne vers Amazonzon, qui lui garantit la livraison en quatre ou cinq jours.

    À qui s’adresse Amazonzon, qui n’a pas de stock ? Au distributeur. Le même que celui auquel le petit libraire de quartier aura adressé sa requête. La force d’Amazonzon, c’est l’importance du volume de ses commandes, évidemment, et c’est pour ça que le petit libraire de quartier est de la revue. Sauf qu’il n’est pas dit que le distributeur, qui stocke physiquement ces livres, accepte longtemps d’entreposer pour Amazonzon des bouquins qui ne seront jamais aussi rentables que l’autobiographie de Lorie, ouvrage dont la durée de vie est programmée à un mois avec un rendement maximal. En bref, je me demande comment un tel système peut fonctionner à long terme, avec ou sans AJAX.

  2. Avatar
    21 janvier 2006
    Répondre

    Faudrait expliquer un peu.

    Ben, c’est ce qui est bien avec les liens hypertextes : quand on maîtrise pas son sujet à fond, on met un lien vers un site qui prétend tout expliquer en long en large et en travers et le vendredi, quand je ne suis plus au top de ma forme, je peux quand même faire un billet avec juste une image et deux liens.

    Ah si, il y a une chose que j’ai oublié à propos de “web2.0-Ajax” : ajoutez une grosse pincée de d’effervescence blogosphérique (ou à défaut, un poil de buzz). Et comme d’habitude, pour tout ce qui touche à l’informatique, parsemez d’un jargon hermétique 😉

Publiez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.