Jeux de mains : une large collection de vieux logos manuels

Frédéric Glaize

Pilules et Tonique Garnier

Frédéric Glaize

La condition de visibilité des pièces de produits complexes

Frédéric Glaize

Typographie : assimilation des lettres à l’aspect de diverses choses (deuxième série)

Frédéric Glaize

Otaries et phoques ornant des marques

Frédéric Glaize

Les chiffres clés de l’INPI pour les dépôts effectués en 2021

Frédéric Glaize

Dépôts de marques en Union Européenne en relation avec le conflit russo-ukrainien

Frédéric Glaize

Des noms de marques qui promettent des concepts uniques

Frédéric Glaize

Typographie : Quand le mot prend la forme des produits (première série)

Frédéric Glaize

Logos de couples : une galerie de marques déposées aux XIX et XXè siècles

Frédéric Glaize

Les pères sévères : marques constituées de portraits pas toujours souriants

Frédéric Glaize

Revue de presse du pMdM du 11 janvier 2022

Frédéric Glaize

Imagerie alsacienne en 32 logos + 1

Frédéric Glaize

La revue Propriétés Intellectuelles célèbre son vingtième anniversaire

Frédéric Glaize

Lancement du Prix APRAM 2022

Frédéric Glaize

Blip! : nouveau blog francophone dédié à la Propriété Intellectuelle

Frédéric Glaize

marque communautaire n°3179579 marque communautaire n°3174621

Ces deux bouteilles habillées ont été déposées en tant que marque à l’OHMI par la société Berry Bros. & Rudd Limited. Une seule des demandes a passé le cap de l’enregistrement. L’autre a été retirée suite à une opposition.
Laquelle ?
Allez, un indice limpide (dont on ne se lasse pas).

 

Précédent

BitTorrent veut protéger sa marque

Suivant

Partouze

A propos de l'auteur

Frédéric Glaize

Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), chez Plasseraud IP.
Créateur et éditeur du site pmdm.fr.

  1. Pas la peine de chercher une réponse subtile, c'était juste histoire d'avoir le OUI et le NON l'un en face de l'autre.
    Si on veut vraiment un rapport avec le référendum, on pourrait dire qu'une bouteille sert à noyer son chagrin, l'autre à fêter la victoire ?

  2. Pour avoir une idée de la réponse, il faut consulter le statut des marques dans la base de données de l’OHMI. Je ne peux pas créer de lien hypertexte vers les résultats d’interrogation de cette base. On peut la consulter ici : http://oami.eu.int/CTMOnline/RequestManager/fr_SearchAdvanced

    Les liens sur les marques dans le billet pointent vers la publication de leur demande d’enregistrement dans la Gazette officielle en ligne de l’OHMI. C’est cette publication qui ouvre le délai d’opposition. Elle reste une publication statique et n’intègre donc pas les informations relatives à l’évolution du statut de la marque (éventuelle opposition, enregistrement, etc).

    Donc en l’espèce, la consultation des informations relatives au statut de la marque « bouteille YES » permet de voir qu’à ce jour l’enregistrement de la marque n’est pas publié et que la rubrique « opposition » contient les informations suivantes :

    Numéro d´opposition: 000693590

    Date de réception: 06/05/2004

    Nom de l´opposant: RochelleBruno

    Numéro de l´opposant: 140135


    La marque « bouteille NO » a quant à elle été enregistrée en juillet 2004.

    
    				
  3. J’ai lu la page « glossaire des statuts » après avoir lu celle relative à l’enregistrement de la bouteille Yes de Cutty Sark, et je n’ai pas pigé le pourquoi de l’opposition…

  4. L’OHMI ne rend pas publiques d’autres informations sur les oppositions. On ne connait donc en gros que le nom ou la raison sociale de l’opposant, mais pas les droits antérieurs invoqués (mais c’est déjà un début ; l’INPI par exemple, comme la plupart des autres Offices, ne rend aucune information publique sur les oppositions engagées à l’encontre d’une demande d’enregistrement).
    En l’espèce, on peut juste supposer que Bruno Rochelle est titulaire d’une marque antérieure (susceptible d’être invoquée dans le cadre d’une opposition, tel que le prévoit l’article 8 §2 du Règlement de 1993 sur la Marque Communautaire).
    Et on pourrait aussi entamer d’autres investigations à partir de ces informations …

  5. > Zephyrin : non, je n’en sais pas plus que ce que j’ai indiqué au commentaire 7. En gros, un tiers a invoqué des droits antérieurs. Et le déposant de la bouteille YES ! a donc retiré sa demande de marque. On n’en saura pas plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :