Jeux de mains : une large collection de vieux logos manuels

Frédéric Glaize

Pilules et Tonique Garnier

Frédéric Glaize

La condition de visibilité des pièces de produits complexes

Frédéric Glaize

Typographie : assimilation des lettres à l’aspect de diverses choses (deuxième série)

Frédéric Glaize

Otaries et phoques ornant des marques

Frédéric Glaize

Les chiffres clés de l’INPI pour les dépôts effectués en 2021

Frédéric Glaize

Dépôts de marques en Union Européenne en relation avec le conflit russo-ukrainien

Frédéric Glaize

Des noms de marques qui promettent des concepts uniques

Frédéric Glaize

Typographie : Quand le mot prend la forme des produits (première série)

Frédéric Glaize

Logos de couples : une galerie de marques déposées aux XIX et XXè siècles

Frédéric Glaize

Les pères sévères : marques constituées de portraits pas toujours souriants

Frédéric Glaize

Revue de presse du pMdM du 11 janvier 2022

Frédéric Glaize

Imagerie alsacienne en 32 logos + 1

Frédéric Glaize

La revue Propriétés Intellectuelles célèbre son vingtième anniversaire

Frédéric Glaize

Lancement du Prix APRAM 2022

Frédéric Glaize

Blip! : nouveau blog francophone dédié à la Propriété Intellectuelle

Frédéric Glaize


marque communautaire n°002550036,
en cl. 16, 25 & 41
(annulée par la CA de Paris
).

Existe-t’il une seule photographie au monde ayant été autant exploitée que le portrait de Che Guevara d’Alberto Díaz Gutiérrez (alias Korda) ?

Prise le 5 mars 1960, la photo est restée dans les archives de Korda pendant sept ans, jusqu’à ce qu’un éditeur italien, Giangiacomo Feltrinelli, l’en sorte pour en tirer des millions de posters, qui feront du regard déterminé de Che Guevara un symbole de rébellion. Korda n’a jamais réagi aux exploitations toujours plus nombreuses de sa photographies dans les contextes les plus divers, jusqu’à ce qu’une agence de publicité l’utilise pour la promotion de la vodka Smirnoff. Ce litige aurait fait l’objet d’une transaction à hauteur de $ 50 000. D’autres procès ont suivi (concernant la titularité des droits d’auteur et l’atteinte à ceux-ci).

En mai 1995 Korda accorda une licence pour dix ans à Patrick M.. L’article 7 du contrat autorisait le licencié à procéder au dépôt de la photographie à titre de marque, en France et à l’étranger. Après le décès de Korda, sa fille prolongea la licence pour trois ans, soit jusqu’en mai 2008. Dans l’intervalle Patrick M. avait déposé une marque communautaire en janvier 2002, en classes 16, 25 et 41 (enregistrée en novembre 2003) et la concéda en licence à Legende LLC pour une période initiale d’un an.

Ces co-contractants ont découvert que Cartal, une société italienne, et Sodisud, une société française, commercialisaient divers articles (vaisselle, vêtements, slips, porte-clefs…) comportant le portrait du Ché au béret étoilé. Les deux sociétés s’approvisionnaient auprès d’une société espagnole, Rosa Negra Gifts (anciennement Distriferia), cette dernière ayant déposé la photo en Espagne à titre de modèle en avril 2004.

En première instance, les griefs d’atteinte aux droits d’auteur et de contrefaçon de marque soulevés par l’héritière de Korda, Patrick M. et Legende LLC furent accueillis favorablement (TGI Paris , 26 février 2007). En revanche, le 21 novembre 2008, la cour d’appel fut plus sensible à la demande reconventionnelle en nullité visant la marque communautaire.

Se référant à l’article 7.1.b du Règlement sur la Marque Communautaire, la cour d’appel a retenu que le signe en question ne pouvait pas remplir la fonction d’une marque :

« Considérant que les parties ont abondamment souligné que la diffusion mondiale qu’a connue et que connait encore cette œuvre de Korda ; que l’écho qu’elle reçut en fait presque une sorte d’icône emblématique d’un personnage historique et à travers le destin tragique de celui-ci, d’une époque de l’histoire contemporaine ;

Que la puissance d’évocation que revêt cette oeuvre aux yeux de tous n’est d’ailleurs pas contestée ;

Considérant qu’il suit que le consommateur concerné par les produits visés à l’enregistrement notamment les vêtements, les produits de l’édition, les activités culturelles, percevra la marque communautaire litigieuse non pas comme un signe lui désignant l’origine des produits ou services auxquels il s’intéresse mais comme une référence faite, à des fins politiques ou artistiques à l’oeuvre de Korda qui magnifie Che Guevara ;

Qu’en d’autres termes la perception de cette photo par le consommateur est exclusive de son utilisation pour désigner à ses yeux l’origine des produits et services pour lesquels elle a été enregistrée »

La marque a donc été annulée.
En revanche demeurait l’atteinte aux droits d’auteur.

La motivation, comme le souligne l’arrêt, est fortement influencée par la jurisprudence communautaire sur la validité des marques. En particulier, cet arrêt n’est pas sans rappeler certaines décisions en matière de slogans (par exemple « Real people, real solutions« , TPI, 5 décembre 2002, T-130/01). Un syllogisme imparfait pourrait conduire à conclure que la photographie du Guerillero Héroico n’est rien d’autre que l’équivalent visuel d’un slogan.

Référence:
CA Paris, 4è. ch. B, 21 Novembre 2008, Sodisud / Sarl Legende LLC, Patrick M., Diana Evangelina D.L., Rosa Negra Gift SA, Cartal SRL, RG n°07/06427.

Si vous souhaitez une copie de l’arrêt, contactez-moi directement.

(merci à Me Cyril Chabert)

English version first published on Class 46.

Précédent

Présentation au premier Rapid Response Seminar de Class 46

Suivant

Poste

A propos de l'auteur

Frédéric Glaize

Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), chez Plasseraud IP.
Créateur et éditeur du site pmdm.fr.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :