Jeux de mains : une large collection de vieux logos manuels

Frédéric Glaize

Pilules et Tonique Garnier

Frédéric Glaize

La condition de visibilité des pièces de produits complexes

Frédéric Glaize

Typographie : assimilation des lettres à l’aspect de diverses choses (deuxième série)

Frédéric Glaize

Otaries et phoques ornant des marques

Frédéric Glaize

Les chiffres clés de l’INPI pour les dépôts effectués en 2021

Frédéric Glaize

Dépôts de marques en Union Européenne en relation avec le conflit russo-ukrainien

Frédéric Glaize

Des noms de marques qui promettent des concepts uniques

Frédéric Glaize

Typographie : Quand le mot prend la forme des produits (première série)

Frédéric Glaize

Logos de couples : une galerie de marques déposées aux XIX et XXè siècles

Frédéric Glaize

Les pères sévères : marques constituées de portraits pas toujours souriants

Frédéric Glaize

Revue de presse du pMdM du 11 janvier 2022

Frédéric Glaize

Imagerie alsacienne en 32 logos + 1

Frédéric Glaize

La revue Propriétés Intellectuelles célèbre son vingtième anniversaire

Frédéric Glaize

Lancement du Prix APRAM 2022

Frédéric Glaize

Blip! : nouveau blog francophone dédié à la Propriété Intellectuelle

Frédéric Glaize

Dans les années 1950, la société C.M.R. qui cherchait un nom pour ses chaussures a jeté son dévolu sur JOSPIN.

marque française n°732.989 (1952, renouvelée ici en 1967)

A en croire un spécialiste, l’ancien Premier Ministre n’est pas spécialement calcéophile. Le nom de famille de l’actuel occupant de la rue de Montpensier (et celui de ses ascendants) n’a sans doute aucun rapport avec le nom de cette marque.

Je crois plutôt que la clé du mystère peut se trouver dans la publication d’une association localisée à Le May-sur-Evre, c’est à dire dans la même commune que le déposant de cette marque.

Cette association, la bien nommée May-moire s’est intéressée à l’histoire des usines de chaussures situées autour de Cholet, et donc à la société C.M.R. (la région a effectivement été propice à cette industrie et à quelques encablures du May-sur-Evre, se trouve d’ailleurs le Musée des Métiers de la Chaussure).

La chronologique publiée par l’association May-moire retrace le développement de C.M.R., depuis ses origines en 1890 jusqu’à son déclin en 1985. Ce document permet de constater que C.M.R., qui signifie Chupin Maugienne Réunis, fait d’abord référence au nom de son fondateur Joseph Chupin – dont les descendants ont gardé le prénom pendant trois générations -.

Et c’est sans doute là qu’il faut chercher l’étymologie de la marque : comme dans le cas d’Adi Dassler1, c’est dans le prénom et le nom patronymique du fondateur que l’on trouve les racines qui ont constitué un nom de fantaisie : Joseph Chupin.

____________________
1 : Adidas.
Cette méthode de construction de nom de fantaisie a aussi été utilisée par Jean Gabin et Fernandel, associés dans la Gafer (la combinaison de leurs pseudonymes fût préférée à celle de leurs patronymes car elle eut donné « Moncon »).

Précédent

Actualité du droit des marques et des modèles : revue de presse du pMdM du 28 août 2018

Suivant

Tablettes phonétiques

A propos de l'auteur

Frédéric Glaize

Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), chez Plasseraud IP.
Créateur et éditeur du site pmdm.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :