Certains logos traduisent de façon assez immédiate le talent des typographes.

Ainsi, dans les diverses marques ci-dessous, on peut voir que la forme des lettres rejoint la forme des choses. C’est avec inventivité et une certaine habileté que les mots se trouvent modelés de façon à ce que leur physionomie s’apparente à l’aspect du produit identifié ou s’intègre à celui-ci.

Le procédé –déjà mentionné dans le pMdM, à propos de marques de vélocipèdes– est un cousin éloigné des calligrammes d’Apolinaire et un plus proche parent de la « typographie expressive « et des « mots-images« . Il rivalise aussi avec la créativité de Will Eisner pour les titres des bandes-dessinées de son personnage, le Spirit.

Dans les marques sélectionnées, le galbe d’un pied, la souplesse de fils, la rigidité de matériaux de construction sont traduits visuellement. Dans d’autres cas, c’est la forme d’une guitare électrique, celle d’un vélo ou encore celle de divers animaux (coq, cygne, vache) qui prenne forme au travers des l’assemblage de caractères.

Précédent

Logos de couples : une galerie de marques déposées aux XIX et XXè siècles

Suivant

Des noms de marques qui promettent des concepts uniques

A propos de l'auteur

Frédéric Glaize

Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), chez Plasseraud IP.
Créateur et éditeur du site pmdm.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :