Aisselles bilingues


Photo by Hanson Lu on Unsplash

Avec ces deux publications de marques françaises déposées en 1888 par le sieur Charles Boulenger, vous allez pouvoir jouer à rechercher les différences entre les signes en présence, avant de tenter d’identifier dans chacune des marques ce qui distingue visuellement l’aisselle équipée de celle qui ne l’est pas (puisque la légende indique une telle dissemblance).

Les produits revendiqués (des dessous de bras) ont pour équivalents les “goussets” ou, dans les vestes de costumes masculins, les “salières“. L’étymologie de ce dernier terme est probablement à relier à l’un des sens énoncés par le CNRTL : « enfoncement derrière la clavicule chez les personnes maigres ».

Précédent #ActuPI revue de presse du pMdM du 12 décembre 2020
Suivant Podcasts : Talking Marques & ECTA Podcast

Aucun commentaire

Publiez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.