L’enregistrement de marques évoquant les heures sombres du nazisme n’a pas toujours été refusé, comme ce fut récemment le cas au Japon.

La marque française ci-dessus a été déposée dans d’autre circonstances : le pays venait d’être libéré et l’effigie du dictateur identifiait du papier toillette.

Depuis, d’autres ont décliné ce subtil concept en proposant divers personnages sur lesquels se torcher.

Précédent

Musée Orangina

Suivant

Halloween, épisodes antérieurs

A propos de l'auteur

Frédéric Glaize

Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), chez Plasseraud IP.
Créateur et éditeur du site pmdm.fr.

  1. Et moi qui croyait ouvrir un musée original en exposant des marques, je découvre (avec une pensée émue pour son fondateur, feu Rodney Dangerfield) un musée virtuel du papier hygiénique : nobodys-perfect.com/vtpm/…

    La collection mérite le coup d’oeil : la section "vintage" contient notamment du Beau Monde, un Lucky Dutchman ou le Eagle Tissue Book.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :