Orangina-Schweppes consacre un musée en ligne à la marque Orangina.

Outre l’historique de la petite bouteille ronde, on y découvre quelques exemples de contrefaçons [lien sur l’archive de WayBack Machine].

On voit ainsi que pratiquement tous les signes qui permettent d’identifier la boisson on été imités à divers degrés, qu’il s’agisse de la typographie et des sonorités de la marque Orangina, de la forme de la bouteille, du graphisme en spirale de zeste stylisé, des associations de couleurs sur l’étiquette (jaune et bleu) ou même de l’écusson gravé sur le verre de la bouteille et de la granulosité du verre.

Précédent

Laputa, Moco & Pajero : vavavoum !

Suivant

Hitler épaisseur triple

A propos de l'auteur

Frédéric Glaize

Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), chez Plasseraud IP.
Créateur et éditeur du site pmdm.fr.

    1. Cet article a été publié en 2004. Le nom de domaine n’a pas du être renouvelé depuis et un squatteur s’en est emparé.

      Ce genre de situation fait partie des réserves que j’indique dans cette rubrique : http://pmdm.fr/wp/a-propos/avertissement/

      Sinon, regardez le lien vers l’archive sur WayBack Machine que j’ai indiqué dans l’article : c’est une trace du site original.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :