Source : Migros Magazine (ch), Nº 04, 25 janvier 2005

Dans cet entretien, Michel Arnoux, chef du service anti-contrefaçon de la Fédération horlogère suisse, révèle l’étonnante origine atomique de contrefaçons :

«A Zurich, on a saisi des pièces fortement radioactives. Ce n’était pas le cadran lumineux qui était en cause, comme on l’a d’abord cru. Mais les montres étaient fabriquées avec de l’acier récupéré d’une centrale nucléaire japonaise démantelée, acier qui avait été revendu en Chine!»

Précédent

Nature de la procédure UDRP : commentaires de l'arrêt du 17 juin 2004

Suivant

Lago

A propos de l'auteur

Frédéric Glaize

Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), chez Plasseraud IP.
Créateur et éditeur du site pmdm.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :