La transposition de nom de marque occidentale en chinois reste un art difficile.

« Guge, le nouveau nom chinois de Google, suspect de ringardise La filiale locale du moteur de recherche vient de changer de nom. Mais ses connotations rurales suscitent une vague de protestations. »

Précédent

Attrape pigeons

Suivant

La couturière Milka perd en appel contre le géant Kraft (NouvelObs)

A propos de l'auteur

Frédéric Glaize

Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), chez Plasseraud IP.
Créateur et éditeur du site pmdm.fr.

  1. La translittération est en effet un art difficile. Il vaut mieux parfois faire le choix de changer de nom pour mieux être en phase avec les attentes de son public, c’est à dire s’adapter. Mais ce n’est pas toujours l’esprit chez « World company ».

  2. Apparemment, les caractères chinois et le pinyin ne sont pas acceptés dans les commentaires. Dommage.
    Je voulais signaler qu’après gougou (chien-chien), on pourrait rebaptiser Goût-Gueule d’autres façons :
    gougou (maudit-maudit) avec le même caractère doublé et la même prononciation
    gougou (crasseux-crasseux) avec un autre caractère et une autre prononciation
    goupi (pet de chien, sottises, sornettes, âneries, bobards, balivernes, fatras de paroles) avec le caractère gou (chien) et le caractère pi (vent, pet).

    Goupi, j’aime bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :