Modernisation du logo de la Région Limousin


David Rock DesignCC0

 

 l’ancien logo  le nouveau logo

 

La Région Limousin annonce la modernisation de son logo (Région Limousin, 28 mars 2007).

Cette nouvelle version a été conçue par les services du Conseil Régional sur la base d’analyses du CeReS (Centre de Recherches Sémiotiques) de l’Université de Limoges. Le logotype associe toujours une feuille de châtaignier et l’initiale de la région, dont le graphisme se veut à présent “moins raide, plus dynamique” du fait de son tracé manuel, “tout en conservant un caractère institutionnel.

Précédent Statistiques sur les dépôts de marques françaises en 2006
Suivant BOSS vs BOSS Boss of Scandalz Strategyz

Un commentaire

  1. Avatar
    29 mars 2007
    Répondre

    allez, je m’y colle…
    1) j’ai un ami qui donne des cours à l’université de Limoges, je vais lui poser qq questions complémentaires ce soir.

    2) Il y a tout de même qq chose d’assez inhabituel dans ce bloc-marque. D’habitude la Grande Tendance étant la tablette Wacom et Illustrator au détriment de la tablette Matière Grise et du logiciel Réflexion. Mais ici nous avons un bout de gras si j’ose cette trivialité, un bout de feuille de châtaignier pixelisé… Les puristes diront, non pas pixelisé, mais rasterisé, c’est-à-dire en bon langage gaulois: tramé. Mais pourquoi ai-je dit d’abord pixelisé? La région Limousin se targue d’avoir un pôle de développement Internet en organisant tous les dix-huit mois le WiF, Festival du Webdesign International (http://www.webdesign-festival.com/). Il s’agit effectivement d’un évènement (l’accent grave sur le deuxième e est reconnu par l’Académie Française) prestigieux par le nombre de pays participants autant que par la qualité intrinsèque des œuvres «dé-partagés». Du coup, il y a les gens qui savent que le WiF existe, et qui pensent que le logo représente légitimement cette tendance lourde: Internet for la promotion des élus… regardez Ségolène qui fait appel à M.Rocard pour s’occuper des projets Internet et droits intellectuels: http://sntic.parti-socialiste.fr/20…)

    Et il y a les autres comme moi, qui savent que le Wif existe, que la modernité doit bien entendu envahir nos images traditionnelles de représentation symbolique, mais qui savent faire la différence entre un pixel et un point de trame imprimé. C’est sans doute la Société Fabrègue, imprimeur de père en fille qui doit être ravie de cette symbolique. Il s’agit d’un des pôles graphiques les plus importants de France, pas loin de 500 salariés au sein des ateliers d’impression les plus modernes qui soit, jouxtant Limoges. C’est à croire que le graphiste qui a réalisé, cette nouvelle marque pensait (cerveau gauche, à Fabrègue et cerveau droit au WiF,) Bref ce n’est pas simple de décoder un logo en l’absence des explications des principaux intéressés. Mais je vous promets de vous en dire plus dans les jours qui viennent, après avoir consulté une ou deux personnes proches de l’Université de Limoges et du CeReS).

    3) Le bloc marque en abandonnant le L en Friz Quadrata proche de celui du Larousse d’il y a quelques décennies n’a malheureusement rien gagné avec ce geste wacomisé dont tout ductus est absent.

    4) le logotypage du mot Région est accablant de diminution symbolique, d’une volonté d’en réduire l’impact, en abandonnant déjà le concept de CONSEIL RÉGIONAL et en faisant figurer le mot Région comme un adjectif à peine utile à la marque. Quant au filet fin qui entoure celle-ci, il en dit long sur la pauvreté d’imagination de son créateur qui, ne sachant plus comment finir sa phrase, lui adjoint ce filet bavard et totalement anecdotique.

    Bref vous l’aurez compris, il s’agit là à mon sens d’un brouillon de marque, tout juste bon à faire rebondir un groupe de travail ou un empêcheur de logotyper en rond de Gabor.

Publiez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.