Jeux de mains : une large collection de vieux logos manuels

Frédéric Glaize

Pilules et Tonique Garnier

Frédéric Glaize

La condition de visibilité des pièces de produits complexes

Frédéric Glaize

Typographie : assimilation des lettres à l’aspect de diverses choses (deuxième série)

Frédéric Glaize

Otaries et phoques ornant des marques

Frédéric Glaize

Les chiffres clés de l’INPI pour les dépôts effectués en 2021

Frédéric Glaize

Dépôts de marques en Union Européenne en relation avec le conflit russo-ukrainien

Frédéric Glaize

Des noms de marques qui promettent des concepts uniques

Frédéric Glaize

Typographie : Quand le mot prend la forme des produits (première série)

Frédéric Glaize

Logos de couples : une galerie de marques déposées aux XIX et XXè siècles

Frédéric Glaize

Les pères sévères : marques constituées de portraits pas toujours souriants

Frédéric Glaize

Revue de presse du pMdM du 11 janvier 2022

Frédéric Glaize

Imagerie alsacienne en 32 logos + 1

Frédéric Glaize

La revue Propriétés Intellectuelles célèbre son vingtième anniversaire

Frédéric Glaize

Lancement du Prix APRAM 2022

Frédéric Glaize

Blip! : nouveau blog francophone dédié à la Propriété Intellectuelle

Frédéric Glaize

Suite à « l’affaire Zoé Renault« , Marie-Renée Oget, députée SRC, a interrogé le Garde des Sceaux sur l’état du droit des marques vis à vis des prénoms et la possibilité de le faire évoluer.

Cette question écrite (référencée sous le numéro 89810) et la réponse qui lui a été apportée sont formulées comme suit:

Texte de la question

Mme Marie-Renée Oget attire l’attention de Mme la ministre d’État, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés, sur la pratique des industriels consistant à utiliser un prénom pour désigner un de leur produit. Ce phénomène aurait tendance à se banaliser et pourrait être facteur dans le développement de l’enfant en interférant avec son identité propre. Elle souhaite donc connaître l’état du droit en la matière et savoir si le Gouvernement entend prendre des initiatives dans ce domaine.

Texte de la réponse

La liberté dont disposent, par principe, les industriels dans l’identification de leurs produits connaît des limites. L’article L. 711-4 du code de la propriété intellectuelle dispose expressément que ne peut être adopté comme marque un signe portant atteinte à des droits antérieurs, et notamment au droit de la personnalité d’un tiers, en particulier à son nom. Un particulier peut donc s’opposer à l’utilisation commerciale ou publicitaire de son nom, sous réserve, selon une jurisprudence constante, de justifier de l’existence d’un risque de confusion auquel il a intérêt à mettre fin. Or, la Cour de cassation considère qu’il n’existe aucun risque de confusion lorsque le nom est porté par plusieurs familles (Civ. 1re, 19 décembre 1967, « Savignac »). Si la loi ne comporte aucune interdiction expresse de ce type s’agissant des prénoms, de sorte que les publicitaires ou industriels peuvent en principe utiliser ces derniers à des fins commerciales, il ne paraît pas opportun d’encadrer davantage les pratiques existantes, au nom du principe de précaution. Des motifs d’ordre psychologique, intrinsèquement subjectifs car susceptibles de variations d’un individu à l’autre et évolutifs dans le temps, ne pourraient fonder, à eux seuls, une mesure d’interdiction a priori. Les textes actuels permettant de concilier l’intérêt des familles et celui des industriels, le Gouvernement n’entend pas procéder à une réforme sur ce point.

Précédent

Une série de noms de marques dévalorisants

Suivant

Peut-on assassiner une marque ?

A propos de l'auteur

Frédéric Glaize

Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), chez Plasseraud IP.
Créateur et éditeur du site pmdm.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :