Logotypes constitués par des personnages dont l’aspect est lié aux produits identifiés (première partie)


Photo : Vincent34170

Le célèbre Bibendum de Michelin, bonhomme composé de pneus, est probablement l’ancêtre spirituel des personnages convoqués dans cette petite sélection de logos.

Dans nos archives des marques anciennes, on peut en effet trouver divers logos constitués de personnages dont l’aspect reprend des éléments des produits que ces marques servent à identifier.

Ce procédé, qui rappelle celui des tableaux d’Arcimboldo, peut aboutir à logos très reconnaissables et dégageant une véritable personnalité. Certains de ces personnages ont d’ailleurs une allure fort sympathique.

marque française n° 733799 (renouvellement opéré en 1968)

Le premier personnage est un filiforme ambassadeur de filature. La société Achille Bayart, titulaire de cette marque, qui a été créée en 1956 est toujours localisée à Roubaix.

marque française n°735360 (1967)

Pour la deuxième marque, on a le personnage le plus travaillé. Son raffinement dans la composition représente le savoir-faire de la maison Haviland, manufacture de porcelaine à Limoge depuis 1842. C’est également la composition de ce personnage qui rappelle le plus le travail d’Arcimboldo.

marque française n°735906 (1952, renouvelée ici en 1967)

Ce troisième personnage à la tête de molette représente les produits d’une société américaine Robertshaw, dont les origines remontent à 1899.

marque française n°741166 (1967)

Comme chez les sirènes, les membres inférieurs du quatrième personnage ne sont pas des jambes. En l’occurrence il s’agit d’un pneu. Le personnage qui tient un plumeau et une clé à molette représente des produits et services de la société Boussard – Entretien Automobiles. On peut noter au passage que certains de ces services sont simplement identifiés comme étant des “services divers“, ce qui laisse songeur quant à l’étendue de la protection revendiquée.

marque française n°273648 (1937)

La cinquième et dernière marque de cette série est la mascotte des parapluies Perrin. La personnification du pébroc résulte de la présence d’un visage en lieu et place du tape à terre, c’est-à-dire l’extrémité qui se trouve à l’exact opposé de la poignée.

Précédent Welcome To France (WTF)
Suivant Savon anti-migraine

Aucun commentaire

Publiez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.