Marques à la connotation risquée


Row17 / Double entendre / CC BY-SA 2.0

Ces quatre marques, déposées entre 1888 et 1977 ont, volontairement ou non, une connotation un peu “hot“.

La marque ESCORT SERVICE donnait dans l’intérim, en proposant la prise en charge de tâches ou missions “par du personnel d’appoint” et des services de “fourniture ou louage de main d’œuvre temporaire, bureau de placement de personnel” pour occuper des fonctions variées, telles que cover-boys, cover-girls ou dames de compagnie.

La marque CLUB SM promet des “divertissements, spectacles“. Toutefois, son titulaire était un label musical qui était -ça ne s’invente pas- spécialisé dans la musique religieuse, si l’on en croit le site Discogs, qui fait autorité en matière de discographie.

La marque YES SEX est réservée à des produits pharmaceutiques, de parfumerie ainsi qu’à des produits d’hygiène, qu’ils soient “solides ou liquides“.

La marque NOUVELLE ENCRE DE LA PETITE VERTU a, comme son nom l’indique, été déposée pour de l’encre. Sans rapport direct avec les femmes de même qualité, l’encre ainsi nommée existerait depuis 1755. “Sa principale caractéristique était que, de claire à l’écriture, elle devenait très noire en séchant. L’emploi au figuré de l’expression désignait un texte d’apparence anodine mais en réalité perfide fielleux et méchant” indique un blog qui s’attache au sens de mots rares ou disparus.

Précédent Les marques conservées à l’INPI. Episode 9 : Aperçu de l’évolution du droit des marques jusqu’aux années 1960
Suivant #ActuPI : la revue de presse du pMdM du mardi 02 juillet 2019

Aucun commentaire

Publiez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.