Le losange apparait comme une figure récurrente pour mettre en valeur ou contraindre la forme des lettres qu’il entoure. Les puristes pourront objecter que dans ces trente six marques semi-figuratives, il n’y a pas que des losanges qui fournissent le cadre ; sont également incluses des formes comportant plus de quatre côtés, tels un pentagone et plusieurs hexagones.

Comme on peut le voir au travers de ces exemples de marques déposées tout au long du XXème siècle, c’est une forme appréciée des créateurs d’identité visuelle. L’un des losanges les plus connus, le logotype de Renault, a toujours eu cette forme particulière, même si son graphisme a évolué au fil du temps. On peut aussi retrouver ce quadrilatère de base dans des marques plus récentes.

Dans certains cas, on peut observer une variation dans la taille des caractères, créant un effet similaire à celui qui constituait le point commun d’une série de logos à renflements.

Précédent

#ActuPI : la revue de presse du pMdM du mardi 11 juin 2019

Suivant

Va te faire encuver

Frédéric Glaize

A propos de l'auteur

Frédéric Glaize

Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), chez Plasseraud IP.
Créateur et éditeur du site pmdm.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article vraiment très intéressant :