Une catégorie particulière de marques nominales est celle décrivant par une phrase les qualités d’un produit.

Ces quelques marques des années 1940 et 1960 en constituent l’exemple : elles ont ainsi une structure très simple : le nom générique du produit, repris sous forme de pronom relatif, le tout suivi d’un verbe décrivant l’effet attendu du produit.

On a ainsi le « vin qui fait boum », « le bas qui refuse de filer », le brouillard qui extermine » et « la cire qui laque ». Le juriste contemporain pourra être sceptique face à ces signes trop peu porteurs de caractère distinctif pour constituer des marque valables (sans le martellement qui confère ce caractère par l’usage), et qui auraient été plus à leur place dans le rôle de baselines explicative voire laudative.

On verra bientôt que quelques variations vont donner des néologismes très prisés.

Précédent

Synthèse de jurisprudence des tribunaux de l'Union Européenne pour 2018

Suivant

F'Audrey Tif' Hair

A propos de l'auteur

Frédéric Glaize

Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), chez Plasseraud IP.
Créateur et éditeur du site pmdm.fr.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :