En 1953, un monsieur (habitant dans une rue portant son nom) était un précurseur es-mixologie.

En plus de cela, il maniait le plein et le délié avec un certain art. On peut imaginer d’où lui est venue l’inspiration qui lui fit prolonger la partie inférieure du premier C. Sa façon de boucler la partie supérieure du second n’est pas allée jusqu’à la copie conforme du tracé d’un certain Frank M. Robinson.

Précédent

Les animaux dans les marques : une série d'écureuils

Suivant

Typographie : des hommes de lettres (première série)

A propos de l'auteur

Frédéric Glaize

Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), chez Plasseraud IP.
Créateur et éditeur du site pmdm.fr.

Un commentaire

Répondre à CL Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :