Des ressemblances à la pelle : le robot américain Iron Fireman et son cousin français Charbons Bruyer

Qui a copié l'autre ?

Le hasard a fait que j’ai identifié au fil du temps, dans les vieux Bulletins de marques françaises dont je dispose, des logos constitués par des robots anthropomorphes. Une vague sensation de déjà-vu m’a fait revenir en arrière pour comparer deux d’entre eux.

Treize ans séparent le dépôt des deux marques françaises en question. Leur origine est éloignée de plus de 6000 kilomètres. Elles ne visent pas les mêmes produits. Mais il est évident que l’une est la déclinaison très directe de l’autre.

Le robot de la société parisienne Charbons Bruyer a été déposé en avril 1941. Le robot de l’Iron Fireman Manufacturing Company de Portland a été déposé en janvier 1954. Une marque vise “une édition” et l’autre des appareils tels que des brûleurs, fours, chauffe-eau et fourneaux.

Et pourtant, il est troublant de constater à quel point les ressemblances entre ces deux dessins ne laissent aucune place au hasard (proportions du robot, formes cylindriques, posture, articulations, tête parfaitement identique, souffle expulsé par la bouche, pelle tenue à l’horizontale, traits de vitesse et morceaux s’échappant de la pelle, cercle entourant le personnage… ). Il y a au moins un dessinateur qui a eu un modèle sous les yeux.

Des deux marques ci-dessous, celle déposée par la société française est la plus ancienne. Il apparait donc que l’américain est le copieur.

Mais il ne faut pas se fier aux apparences.

L’histoire des Charbons Bruyer reste obscure. Je n’ai pas trouvé de trace de son existence ni de son activité.

Par contre le robot américain est très probablement plus ancien : les registres de l’USPTO comportent deux marques déposées en 1955 au nom d’IRON FIREMAN MANUFACTURING COMPANY CORPORATION OREGON, avec mention d’un premier usage en juillet 1923.

OEM Boiler Parts, qui a repris des actifs de Iron Fireman, indique l’année 1923 comme marquant le début d’activité de cette société. On peut aussi voir le logo apposé sur les murs d’une usine, sur une photographie du fonds de la bibliothèque de l’Oregon Historical Society ; le document est daté ” 1923 – 1936 (Creation)”.

Sur Archive.org, on peut trouver des catalogues d’Iron Fireman MFG numérisés qui sont datés de 1936 et de 1938, ainsi que des numéros du journal interne de cette société, dont le plus ancien date de décembre 1927 et arbore le logo du robot.

Le robot Iron Fireman a été décliné sur divers supports : signalétique, porcelaine, cendriers (version argentée, version dorée), horloges

Avec ces éléments, la création du logo américain apparait antérieure au dépôt de la marque Charbons Bruyer.

On peut supposer que la société française Charbons Bruyer a déposé sa marque avec l’autorisation de l’américain Iron Fireman, ou bien que les fondateurs des Charbons Bruyer ont pu voyager en Oregon et se souvenir d’un logo sympathique qu’ils y avaient vu, ou encore que les catalogues et supports publicitaires d’Iron Fireman aient circulé en Europe et leur soient passés sous les yeux.

catalogue de 1936, archive.org
Précédent Une nouvelle dose de douze noms de marques aux sonorités si saugrenues
Suivant Transposition de la Directive "Paquet Marques" en droit français : Décret et Arrêté du 10 décembre 2019

Aucun commentaire

Publiez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.