Encore quantité de sobriquets qui expliquent quelles qualités procurent ces articles


Photo : KOBU Agency on Unsplash

Le pronom relatif à l’avant-garde de la quasi-totalité de ces expressions vaut introduction du produit. Le verbe qui suit, parfois accompagné d’un complément, constitue alors la promesse de réalisations dont est capable l’article en question.

Pour donner de la fantaisie à un tel vocable, la concaténation des termes fait disparaitre tout espace et on simplifie, par équivalence phonétique, la sonorité initiale.

On obtient ainsi des Kibrille, Kirelui, Kiédou, Kibers, Kaillevite, Kiplay, Kistop, Kilitou, Kirosi ou Kigagne.

Le procédé apparait aujourd’hui très daté. Son caractère désuet pourrait lui donner un charme que recherchent des marques voulant afficher une valeur d’authenticité liée à l’âge. C’est par exemple le cas des vêtements Kidur, dont l’origine remonte à 1927, ou des produits nettoyants Kiraviv, lancés en 1933.

Cet article fait partie de la série : Kikekoi Articles déjà publiés dans cette série :
Précédent Hommes forts en logos
Suivant Limonade Karcher

Aucun commentaire

Publiez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.