Jeux de mains : une large collection de vieux logos manuels

Frédéric Glaize

Pilules et Tonique Garnier

Frédéric Glaize

La condition de visibilité des pièces de produits complexes

Frédéric Glaize

Typographie : assimilation des lettres à l’aspect de diverses choses (deuxième série)

Frédéric Glaize

Otaries et phoques ornant des marques

Frédéric Glaize

Les chiffres clés de l’INPI pour les dépôts effectués en 2021

Frédéric Glaize

Dépôts de marques en Union Européenne en relation avec le conflit russo-ukrainien

Frédéric Glaize

Des noms de marques qui promettent des concepts uniques

Frédéric Glaize

Typographie : Quand le mot prend la forme des produits (première série)

Frédéric Glaize

Logos de couples : une galerie de marques déposées aux XIX et XXè siècles

Frédéric Glaize

Les pères sévères : marques constituées de portraits pas toujours souriants

Frédéric Glaize

Revue de presse du pMdM du 11 janvier 2022

Frédéric Glaize

Imagerie alsacienne en 32 logos + 1

Frédéric Glaize

La revue Propriétés Intellectuelles célèbre son vingtième anniversaire

Frédéric Glaize

Lancement du Prix APRAM 2022

Frédéric Glaize

Blip! : nouveau blog francophone dédié à la Propriété Intellectuelle

Frédéric Glaize


 

A lire sur Le Figaro.fr : Quand les boutiques Brice s’attaquent à «Brice de Nice» par ANNE SALOMON. 11 août 2006.

La société de production du film Brice de Nice a été condamnée pour contrefaçon de la marque de prêt-à-porter Brice. Le montant des dommages et intérêts a été fixé à 14 000 euros par un jugement rendu mi-juillet.

L’article n’est malheureusement pas d’une grande limpidité, aussi j’espère pouvoir disposer de ce jugement.

Parallèlement à cette action au fond, la société Brice avait engagé une procédure en la forme des référés. Dans cette procédure d’urgence, la Cour d’Appel de Paris a rendu un arrêt le 9 juin 2006. Estimant que les conditions posées par l’article L716-6 du Code de la Propriété Intellectuelle étaient respectées, la Cour a infirmé l’ordonnance initiale (qui avait débouté la société Brice) et a "interdit à la SARL MANDARIN FILS (sic), à titre provisoire, de faire usage de la dénomination BRICE pour désigner des articles vestimentaires, et ce sous astreinte de 50 euros par infraction constatée à compter de la signification de l’arrêt".

Précédent

Bil Toki vs Momo le Homard : les numéros de département et les marques

Suivant

Origine des noms de marques

A propos de l'auteur

Frédéric Glaize

Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), chez Plasseraud IP.
Créateur et éditeur du site pmdm.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :