Clavicide Boutineau


Photo : Matthew Wheeler

La marque suivante est visuellement remarquable du fait de l’emploi d’une photographie. Le procédé n’était pas encore très répandu dans la communication commerciale de la fin du XIXème siècle, quand cette marque fut déposée.

A droite, un moustachu joufflu, tranquillement assis, expose son pied nu. Le personnage de gauche, debout, semble plongé dans la plus grande perplexité par l’observation du pied, qui se trouve au centre de la composition.

marque française n°187 (1888)

Ce remède a vocation à traiter les affections plantaires. La marque promet :

GUÉRISON CERTAINE EN HUIT JOURS

Des Cors aux pieds Durillons, Verrues, etc

par le

CLAVICIDE BOUTINEAU

1 fr 50 le flacon

Préparé par Em. BOUTINEAU, pharm. à Tours

Dans la Revue d’histoire de la pharmacie (91ᵉ année, n°340, 2003), on en apprend un peu plus sur le déposant : François-Émile BOUTINEAU (1847-1926) était un pharmacien tourangeau, qui en plus de son Clavicide, lança les Gouttes Boutineau, l’Intégral Quinquina et le Remède Appert. Il fut membre de la Société archéologique et de la Société française d’histoire de la médecine. Il l’auteur d’ouvrages sur l’histoire de la médecine et de ses praticiens.

Précédent Les sirènes du passé
Suivant Livre : la 5ème édition du manuel de Nicolas Binctin : Droit de la propriété intellectuelle Droit d'auteur, brevet, droits voisins, marque, dessins et modèles

Aucun commentaire

Publiez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.