Jeux de mains : une large collection de vieux logos manuels

Frédéric Glaize

Pilules et Tonique Garnier

Frédéric Glaize

La condition de visibilité des pièces de produits complexes

Frédéric Glaize

Typographie : assimilation des lettres à l’aspect de diverses choses (deuxième série)

Frédéric Glaize

Otaries et phoques ornant des marques

Frédéric Glaize

Les chiffres clés de l’INPI pour les dépôts effectués en 2021

Frédéric Glaize

Dépôts de marques en Union Européenne en relation avec le conflit russo-ukrainien

Frédéric Glaize

Des noms de marques qui promettent des concepts uniques

Frédéric Glaize

Typographie : Quand le mot prend la forme des produits (première série)

Frédéric Glaize

Logos de couples : une galerie de marques déposées aux XIX et XXè siècles

Frédéric Glaize

Les pères sévères : marques constituées de portraits pas toujours souriants

Frédéric Glaize

Revue de presse du pMdM du 11 janvier 2022

Frédéric Glaize

Imagerie alsacienne en 32 logos + 1

Frédéric Glaize

La revue Propriétés Intellectuelles célèbre son vingtième anniversaire

Frédéric Glaize

Lancement du Prix APRAM 2022

Frédéric Glaize

Blip! : nouveau blog francophone dédié à la Propriété Intellectuelle

Frédéric Glaize

Ces quatre marques qui correspondent à des dépôts effectués entre 1966 et 1977, sont publiées ensemble ici en raison de leur aspect. Leur point commun réside dans le tracé manuscrit des lettres qui les composent.

Comme l’écriture est quelque chose de très variable d’une personne à une autre, le fait d’utiliser une écriture manuscrite pour tracer des logos leur confère généralement une personnalité forte. Diverses marques très connues (par exemple Paul Smith ou Disney) doivent ainsi la particularité de leur identité visuelle au fait qu’elles aient été tracées à la main.

On peut percevoir par un autre moyen l’impact de ce mode de tracé des caractères au travers des expérimentation de Sarah Marshall, graphiste néo-zélandaise, qui a utilisé un pinceau pour retracer des noms de marques célèbres. Le côté artisanal donne une perspective différente.

Pour la poignée de marques anciennes réunies ici, alors que le graphisme des lettres semble avoir été tracé à la main, il est probable que l’équilibre des caractères ne soit pas purement le fruit d’un geste improvisé.

marque française n°717940 (1966)
marque française n°1028325 (1977)
marque française n°8569 (1975)
marque française n°1030185 (renouvellement de 1977)

Fruité, la quatrième marque de la série ci-dessus, a été créée en 1963 par Evian, avant de passer entre les mains de Danone puis des Vergers de Savoie, société à laquelle elle finira par donner son nom. Pendant les années 1970, les campagnes de promotion de cette marque, dont certaines au son d’une composition musicale étrangement intitulée  « Prisencólinensináinciúsol », mettaient en scène Michel Platini et Bernard Hinault.

Précédent

L'IRPI lance ses Mises à Jour

Suivant

Elixir des dieux

A propos de l'auteur

Frédéric Glaize

Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), chez Plasseraud IP.
Créateur et éditeur du site pmdm.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :