Ces personnages excentriques qui ont voulu être des marques


Photo : Andrew Seaman

Le cas des portraits de mannequins et celui du bébé Gerber ont récemment montré que l’EUIPO acceptait de considérer les portraits, soit comme des marques valables, soit comme des marques non valables. Ça dépend…1

La capacité d’un simple portrait à constituer une marque est soumise à un certain aléa. L’association d’une apparence un peu particulière à des éléments nominaux pourra conférer au signe ainsi formé des chances bien plus fortes de ne pas se faire retoquer pour défaut de caractère distinctif.

Sans aucune analyse juridique juridique voici, juste pour le plaisir de leur excentricité, des exemples de marques (ayant été enregistrées) comportant un visage associé à un nom. Il s’agit à chaque fois de personnages aux traits de caractère bien trempés. Bref, des tronches.

marque française n°97691791
marque française n°97691791 (signe seul)

La première marque n’est plus en vigueur. Elle représente le “CHAMANE DE LA GRANDE BRADERIE DE LILLE, GRAND MAITRE DES MOULES ET DES FRITES“, un homme au regard pénétré et au tablier couvert de moules.

Ce personnage mystérieux apparait probablement dans une vidéo sur cette page, que vous devriez pouvoir regarder si vous avez gardé un plugin Flash http://www.heure-exquise.org/video.php?id=1309

marque française n°4144537
marque française n°4144537

Ensuite, à 80 KM au Nord Ouest, on trouve un deuxième énergumène, au visage difforme, dénommé “PITO EUD DUNKERQUE”.

Qualifié de personnage “truculent” par la Voix du Nord, ce pito est plus facilement visible en vidéo que le chamane lillois : le dunkerquois dispose d’une chaine YouTube.

marque de l’Union Européenne n°013839527

marque de l’Union Européenne n°013839527 (signe seul)

La marque suivante n’est pas sélectionnée en raison du nom patronymique de son titulaire, mais toujours en raison de la présence d’un portrait photographique immortalisant une dégaine particulière. Pourquoi ces yeux craignant la lumière et une telle désinvolture ?

Si l’on s’en réfère à la notice Wikipédia de feu ce personnage, on découvre un certain pédigrée :

Dennis Howard Marks (né le et mort le 10 avril 2016) est un écrivain gallois et un ex-trafiquant de drogue qui est devenu célèbre comme trafiquant international de cannabis après avoir été inculpé dans plusieurs affaires de grande ampleur. Au pic de sa carrière, il aurait supervisé des expéditions de près de 30 tonnes de marchandises, et entretenait des liens avec des groupes aussi variés que la CIA, l’IRA, le MI6, et la Mafia. Il a été poursuivi et condamné par la DEA (l’agence américaine de lutte contre le trafic de drogue) à purger une peine de 25 années de prison dans la prison fédérale de Terre Haute. Il a été libéré au bout de sept ans, en avril 1995. Bien qu’il ait eu quarante-trois identités ou pseudonymes différents, il est devenu célèbre sous le nom de Mr Nice, après avoir acheté le passeport d’un condamné pour meurtre, Donald Nice.”

marque française n°3903139

La dernière de ces marques correspond à un personnage légèrement kitsch, et qui dispose d’un site web à l’avenant.

[Note 1] Évidemment je simplifie à l’excès. Mais ironie mise à part, il est tout de même compliqué de voir une cohérence d’ensemble dans l’approche de ce type de signe, à supposer qu’il soit d’ailleurs légitime d’en avoir une approche particulière.

Précédent Sans déconner
Suivant #ActuPI : la revue de presse du pMdM du mardi 20 novembre 2018

Aucun commentaire

Publiez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.