Les marques conservées à l’INPI. Episode 2 : 1857, la première procédure de dépôt des marques


Marque déposée le 1er août 1886 au greffe du tribunal de commerce de Paris par la société Menier destinée à distinguer des chocolats

Le petit Musée des Marques accueille l’INPI, qui vous propose une série d’articles mettant en lumière le patrimoine extraordinaire que constituent ses archives.
Un épisode a déjà été publié : Les marques conservées à l’INPI. Episode 1 : un patrimoine à découvrir
Voici donc le deuxième épisode de cette série, signé par Steeve Gallizia , Chargé de la valorisation des archives patrimoniales de l’INPI .

Après l’adoption de la première loi sur les marques en 1857, un décret d’application définit leur procédure d’enregistrement : le déposant doit remplir un formulaire carré, de 18 centimètres de côté qu’il soumet en deux exemplaires au greffe du tribunal de commerce de son domicile ou à défaut, au tribunal civil.

modèle du formulaire type annexé au décret du 26 juillet 1858 « portant règlement d’administration publique pour l’exécution de la Loi sur les Marques de fabrique et de commerce ».

Un côté du formulaire est réservé aux indications du déposant, l’autre aux mentions du greffier, le centre au modèle représentant la marque. Ce modèle peut être un dessin, une gravure ou une empreinte.

exemple de formulaire rempli sur papier libre déposé le 24 janvier 1874 au greffe du tribunal de Bordeaux par Maurice Barbier, négociant, pour une étiquette destinée à être placée sur des bouteilles de diverses grandeurs contenant des vins mousseux.

Le greffier doit simplement contrôler que les deux formulaires déposés sont exactement semblables et qu’ils remplissent les conditions détaillées dans le décret d’application. Ce sont les deux seules possibilités de rejet du dépôt. Même si le greffier doit signaler au procureur de la République les marques contraires aux lois et aux bonnes mœurs, il est tout de même obligé de recevoir un dépôt conforme à ces obligations.

exemple de formulaire imprimé déposé le 7 novembre 1878 au greffe du tribunal de Paris par A. Bonnet et Cie, fabricant de conserves alimentaires, pour un dessin d’étiquettes destiné aux conserves alimentaires.

Le premier exemplaire, ou primata, reste au greffe alors que le duplicata est envoyé au Ministère du commerce dans les 5 jours qui suivent la date de dépôt pour être enregistré. La durée de validité d’une marque est alors de 15 ans. Ce n’est qu’en 1965 que cette durée est réduite à 10 ans.

A suivre …

Au programme de l’épisode 3 : 5000 registres, 1,3 millions de marques.

Contact : sgallizia@inpi.fr

Précédent Mi-marchandises, mi-personnages: ces mascottes dont l'aspect est lié aux produits désignés (troisième partie)
Suivant Marques et portraits : aux téléphones et en infirmière

Aucun commentaire

Publiez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.