Les marques constituées d’un portrait photographique de leur titulaire sont toujours un peu étonnantes. On avait déjà remarqué les yeux écarquillés de Monsieur Radiovita, les photos de mannequins néerlandais dont celle du visage de Maartje Verhoef qui, à Alicante, a donné lieu à une décision de Chambre de Recours, ou encore la trombine d’André Rieu, le faciès de Robert Pires et le portrait de Lolo Ferrari … parmi tant d’autres. Il s’agit sans doute d’une forme particulière de selfies.

Sur les marques ci-dessous, on peut supposer que c’est leur déposante qui est photographiée. Mais ce qui interpelle n’est pas tellement le fait que l’aspect de cette personne soit le sujet de ses marques. C’est plutôt ce besoin d’utiliser simultanément un combiné téléphonique et un casque de standardiste, ou bien la légende de quatre photographies décrivant alternativement une maitresse et une infirmière sans que les costumes ne correspondent tout à fait.

Merci à Jean-Rémy qui a déniché ces portraits.

Précédent

Les marques conservées à l’INPI. Episode 2 : 1857, la première procédure de dépôt des marques

Suivant

#ActuPI : la revue de presse du pMdM du mercredi 03 avril 2019

A propos de l'auteur

Frédéric Glaize

Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), chez Plasseraud IP.
Créateur et éditeur du site pmdm.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :