G.R.A.P. Vin garanti naturel


Buvard publicitaire (source : lamalleapapa.com)

De cette marque (dont on a ici le renouvellement de 1944) on peut admirer la typographie du terme principal G.R.A.P., ayant l’aspect de ceps de vignes.

La marque présente également la particularité de contenir un long laïus liant la qualité du vin à son degré (d’alcool) :

Si les plus grands médecins ont reconnu l’action utile du vin sur l’organisme encore faut-il qu’il soit NATUREL c’est-à-dire qu’il arrive à votre table tel qu’il a été récolté. De nombreux échantillons prélevés par le service de la répression des fraudes sont reconnus “impropres à la consommation” c’est-à-dire mouillés, falsifiés, en tous cas DANGEREUX POUR VOTRE SANTÉ.
Le “G.R.A.P.” est un ensemble de vins sélectionnés provenant de différents vignobles des régions les plus favorisées suivant les années.
Nos vins vous donnent toutes les garanties. Ils vous parviennent sans avoir pu subir aucune manipulation préjudiciable à leur qualité.
Tous nos vins sont livrés avec GARANTIE DE DEGRÉ.

L’Analyse de degré du vin contenu dans cette bouteille est certifiée sincère et le vin analysé loyal et marchand et en tous points conforme aux lois et règlements en vigueur en France.

Ce que signifiait l’acronyme G.R.A.P. n’est pas ici expliqué, mais naturellement, dans ses annonces publicitaires, le titulaire jouait sur l’homophonie avec les grappes.

Un autre élément de communication notable est employé pour promouvoir ces vins : une mascotte dont l’aspect est lié au produit (catégorie de marque figurative particulièrement appréciée ici). Ce personnage est né sous le pinceau du dessinateur Georges Beuville, également connu pour avoir illustré divers livres ou créé leur couverture.

Si l’on en croit un autre support publicitaire, à savoir le papier buvard qui illustre l’introduction de cet article, les vins GRAP n’ont pas peur de la contradiction dans leurs messages promotionnels : d’une part, la mention “le vin sans slogan” est elle-même une forme brève de slogan, apposée à la façon de ce qu’on appellerait aujourd’hui une “baseline” et, d’autre part, c’est sur un buvard, qui constituait à l’époque un bel objet publicitaire, qu’il est soutenu que “la vente des vins supérieurs G.R.A.P. est en progression constante bien qu’ils ne fassent pas de publicité“.

On sait également que le déposant occupait une partie de la Halle aux Vins, à Bercy, laquelle fut réquisitionnée le 29 octobre 1942 par l’occupant.

Précédent Publication du rapport annuel de l'INPI (2019)
Suivant Typographie : des hommes de lettres (deuxième série)

Aucun commentaire

Publiez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.