Jeux de mains : une large collection de vieux logos manuels

Frédéric Glaize

Pilules et Tonique Garnier

Frédéric Glaize

La condition de visibilité des pièces de produits complexes

Frédéric Glaize

Typographie : assimilation des lettres à l’aspect de diverses choses (deuxième série)

Frédéric Glaize

Otaries et phoques ornant des marques

Frédéric Glaize

Les chiffres clés de l’INPI pour les dépôts effectués en 2021

Frédéric Glaize

Dépôts de marques en Union Européenne en relation avec le conflit russo-ukrainien

Frédéric Glaize

Des noms de marques qui promettent des concepts uniques

Frédéric Glaize

Typographie : Quand le mot prend la forme des produits (première série)

Frédéric Glaize

Logos de couples : une galerie de marques déposées aux XIX et XXè siècles

Frédéric Glaize

Les pères sévères : marques constituées de portraits pas toujours souriants

Frédéric Glaize

Revue de presse du pMdM du 11 janvier 2022

Frédéric Glaize

Imagerie alsacienne en 32 logos + 1

Frédéric Glaize

La revue Propriétés Intellectuelles célèbre son vingtième anniversaire

Frédéric Glaize

Lancement du Prix APRAM 2022

Frédéric Glaize

Blip! : nouveau blog francophone dédié à la Propriété Intellectuelle

Frédéric Glaize

Un arrêté publié au Journal Officiel du 3 septembre 2011, indique que « Le montant du prélèvement de l’Etat sur le résultat de l’année 2010 de l’Institut national de la propriété industrielle est fixé à 5,6 millions d’euros. ».

La pratique de ce type de prélèvement a été pérennisée par  la loi de finances rectificative pour 2001. Son article 79 prévoit en effet que « l’État peut percevoir un dividende sur le résultat des établissements publics placés sous sa tutelle » (tel l’INPI).

La mesure, si elle n’est pas systématique, n’est pas sans précédent. Il est vrai qu’il est tentant de puiser dans les abondantes réserves de cet établissement public. Par exemple des prélèvements exceptionnels sur les réserves de l’INPI avaient été opérés à hauteur de :

Les débats parlementaires donnent une idée des ordres de grandeur des réserves sur lesquelles ces prélèvement sont intervenus. Celles-ci s’élevaient à 300 millions de francs en 1994 (débats au Sénat sur le projet de loi de finance rectificative pour 1995) et à 731 millions de francs à la fin 2000 (débats à l’Assemblée du 17 décembre 2001).

Le rapport annuel 2010 de l’INPI précise que les recettes de fonctionnement se sont élevées à 195,8 millions d’euros (contre 172,35 millions d’euros en 2009), mais ne donne pas d’indication sur la différence entre recettes et dépenses ni sur le montant des réserves.

Cette ponction appelle un parallèle avec un autre Office de Propriété Industrielle, l’OHMI. Ce dernier a en effet un budget en excédent, ce qui a conduit à des réductions des taxes de dépôt en 2005 et la suppression de la taxe d’enregistrement en 2009. La réserve de l’OHMI en 2009 était de 442,4 millions d’euros, selon le rapport de l’Institut Max Planck. Les discussions sur le sorts des excédents de l’Office communautaire (en particulier le rapport Max Planck) évoquaient notamment la possibilité d’en reverser une partie aux Offices nationaux. Quelque chose me dit que l’Etat français n’y verrait probablement pas d’inconvénient 😉

Précédent

Le discours commercial et la marque : un cas d'amalgame

Suivant

L'AFNIC change de logo pour les 25 ans du .fr

A propos de l'auteur

Frédéric Glaize

Conseil en Propriété Industrielle (dessins & modèles, marques), chez Plasseraud IP.
Créateur et éditeur du site pmdm.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un autre article intéressant :